0
Au coeur du Diocèse
Hommage au Père Justin Laban

| Marie-Christiane.Aubert

Hommage au Père Justin Laban

AUROST ENTA YUSTÎ DE LABAN Curè à Nay, directou e foundatou dou licé agricole, lou bràbẹ Yustî que-ns a quitat à l’àdyẹ de nabante quoàtẹ ans. Qu’ère tabé lou defensou escribâ de la noùstẹ léncou biarnése e de la soûe grafie qui abém eretat dous noùstẹs debancès : V. Lespy, E. Bourciez, S. Palay, M. Camelat, Al-Cartero (L. Lacoarret), Yan dou Sabalot (Gastellu)… Malurousamén, qu’y a thiquét de téms qui abi hèyt la counechénce de Yustî à l’oucasioû dous Yocs Flouraus de l’Enstitut Biarnés e Gascoû. Qu’ère û gran plasé d’escouta aquéth oratou bertadè. Lou purmè cop qui èy assistat à la soûe misse en biarnés, qu’ère à la hèste de Biarn Toustém à Sén Pè d’Aulouroû. La glèyse qu’ère plée de moùndẹ, Pâ dou cèu e Boune may dou Boun Diu que hesèn trembla las murralhes dap la cantère animade per Yan d’Abadie. Après la misse, lous ûs que dançaben lou moutchìcou, lous àutẹs que cantaben Aquéres mountagnes autour dous béyrẹs de Yurensoû. Ûe boune garbure dou noùstẹ Arnaut que-ns atendè dap la goudale, lou ragous de moutoû e lou boû roumàdyẹ de Laruntz. Béntẹ plé que porte cames. Tan qui lous ûs e cantaben, lous àutẹs que dansaben en roun, que-n proufitèy ta m’aproucha de Yustî demourat tout soulét au cap de la taule. Que-m assedouy au ras d’éth ta ha din méy de counechénce e qu’ou demandèy poulimén : — « Bràbẹ Yustî, que cau que-t tudéyi ou que-p bouséyi ? » Que-m respounou dou soû èr trufandèc : — « Pùchquẹ m’as tudeyat lou purmè, que pòdẹs countinua ! » Quoan Yan entounè lou Bèth cèu de Pau, Yustî que-m hesou remerca : — « Escoute-lé plâ, aquére ! Qu’éy la noùstẹ marselhése : Moun Diu, moun Diu, dechat-me bédẹ encoère lou cèu de Pau, lou cèu de Pau… » Tout en tringlan dap éth, û dinot de bî dou Biarn (pas trop permou que s’en calè tourna), qu’ou demandèy : — « Si ne souy pas trop curious, despuch quoan d’anades e l’enténẹs canta aquére ? » — « Nabante dus ans, gouyat ! Que-n èy entenut e bis de toutes las coulous ! » Qu’ou demandèy tabé : « Sén Pière ne t’a pas encoère aperat ? » — « Nàni, gouyat ! Que m’a rembiat dus cops e que-m disou quoan arribèy deban lou pourtalè : “qu’éy encoère trop lèu, n’as pas proû tribalhat !” » Lou bràbẹ curè que boulè dìsẹ per aquiu que-s ère mancat mouri dus cops. Coum ad abè dit lou noùstẹ amic Alèxis Arette, que l’abèn saubat per prim lous dus cops. Lou tresau qu’estou ta Yustî lou die de la grane rencountre dap lou noùstẹ Segnou. Qu’estoum û miliè à l’enterramén lou trédzẹ d’octoùbrẹ… Aquéth die, qu’y partim amasses à quoàtẹ amics, lou co sarrat.

HOMMAGE À JUSTIN LABAN Curé à Nay, fondateur et professeur du lycée agricole, le brave abbé Justin Laban nous a quittés à l’âge de 94 ans. Il était aussi le défenseur et l’écrivain de notre langue béarnaise et de sa graphie héritée de nos anciens : V. Lespy, E. Bourciez, S. Palay, M. Camelat, Al-Cartero (L. Lacoarret), Yan dou Sabalot (Gastellu)… Malheureusement, il y a trop peu de temps que j’avais fait la connaissance de Justin à l’occasion de la remise des prix des Jeux Floraux de l’Institut Béarnais et Gascon. C’était un grand plaisir d’apprécier les talents de ce véritable orateur. La première fois que j’ai assisté à sa messe célébrée en béarnais, c’était à la fête de Biarn Toustém à Saint-Pée d’Oloron. L’église était pleine de monde qui faisait vibrer les murs en chantant « Pâ dou Cèu » et « Boune may dou Boun Diu » avec la chorale animée par Jean Abadie. Après la cérémonie, les uns dansaient le moutchicou et les autres chantaient « Aquéres mountagnes » autour des verres de Jurançon. Un bon repas nous attendait, concocté par Arnaud avec la garbure et la goudale, le ragoût de mouton et le fameux fromage de Laruns. Comme le « ventre plein donne des jambes », chants et danses reprenaient à la ronde. J’en profitai pour m’approcher de Justin, resté seul au bout de la table et je m’assis près de lui afin de faire plus ample connaissance. Je lui demandai poliment : « Brave Justin, dois-je te dire tu ou bien vous ? » Il me répondit de son air moqueur : « puisque tu m’as tutoyé le premier, tu peux continuer ». Lorsque Jean entonna Bèth cèu de Pau, Justin me fit remarquer : « Ecoute bien ce chant, c’est notre Marseillaise ! Mon Dieu, mon Dieu, laissez-moi voir encore le ciel de Pau, le ciel de Pau… » Tout en trinquant nos verres avec du vin de Béarn, (pas trop car il faut retourner chez soi), je lui demandai encore : - « Si je ne suis pas indiscret, depuis combien de temps tu l’entends chanter celle-là ? » - « Quatre-vingt douze ans, mon garçon ! J’en ai entendu et j’en ai vu de toutes les couleurs… » - « Saint-Pierre ne t’a pas encore appelé ? » - « Non ! Il m’a renvoyé deux fois et il m’a dit devant le grand portail que c’était trop tôt et que je n’avais pas assez travaillé ! » Le bon curé m’indiquait ainsi qu’il avait failli mourir à deux reprises. Comme le précisait notre ami Alexis Arette, on l’avait sauvé de justesse par deux fois. La troisième fut celle de la grande rencontre avec le Seigneur. Nous fûmes un millier de personnes à son enterrement le treize octobre… Ce jour-là, nous sommes partis ensemble à quatre amis, le cœur serré.

Lou sou que lusibe de matî coum ta-u réndẹ aumàdyẹ, la mountagne qu’ère blue e desèrte à l’aproche de l’ibèr. Sus la plane de cap à Arùdi, que croudzèm û centenat de baques qui s’en tournaben de l’estibàdyẹ. De cap à l’arredalh qui sentibe tan boû, dap las esquires qui tringlaben per l’arribère, que s’aprouchaben d’ûgn-àutẹ téms méy urous. « Ne cau pas ploura, ce disouy aus més amics : espiat-me aquéstẹ beroy bestia qui se-n ba dap ahide coum éy partit Yustî plé d’esperénce ta û endrét méy urous. Lou Boun Diu qu’ou recoumpénse d’abé gabidat tan plâ lou soû troupèth de parroupiâs e de tan d’amics. Adiu, bràbẹ Yustî ! Aquéstẹ cop la rencountre dap lou Segnou qu’estou la boune. Que demoureras toustém, toustém ta nousauts e tau Boun Diu lou pastou de l’eternitat… »

René de Boulhoû de Castetboû E lous de Nabarréncs

Le soleil du matin brillait comme pour lui rendre hommage et la montagne était bleue et déserte à l’approche de l’hiver. Sur la plaine d’Arudy, nous croisâmes une centaine de vaches en transhumance. Vers la bonne odeur du regain, avec les sonnailles qui animaient la vallée, elles s’approchaient d’une saison plus heureuse. « Il ne faut pas être triste, mes amis ! Regardez ce beau troupeau qui chemine confiant comme Justin qui est parti plein d’espérance vers un lieu de bonheur. Le Bon Dieu le récompense d’avoir si bien conduit son peuple de paroissiens et d’amis. Adieu, brave Justin ! Cette fois, c’est la vraie rencontre avec le Seigneur. Tu resteras toujours, toujours pour nous et pour le Bon Dieu le pasteur de l’éternité…

René Bouillon de Castetbon Et ceux de Navarrenx

Béarn béarnais prêtre catéchisme Paroisse Sauveterre

Répondre à () :


Captcha